Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bioéthanol ça chauffe ! Voici un rappel des technologies afin de parvenir au bioéthanol ainsi que les principaux essais et pilotes afin d'y parvenir. Descente dans le monde secret du bioéthanol de seconde génération.

 

 

 PLA-bioplastique

 

 

 

Rappels sur les technologies, leurs origines et intérêts

Parmi les technologies en mesure de convertir la biomasse



Le principal substitut à l’essence est l’éthanol lignocellulosique.

Il s’agit du même produit que l’éthanol actuellement commercialisé, seule la ressource et les premières étapes de traitement de celle-ci diffèrent.

 

lignocellulosique en carburant, et faisant l’objet d’importants programmes de recherche, on retrouve celles produisant des substituts à l’essence, au diesel, ainsi qu’au kérosène pour l’aviation.

Il s’agit de la technologie ayant, à l’heure actuelle, mobilisé le plus de moyens de recherche, en particulier aux États-Unis. Si au Brésil il s’avère intéressant de produire de l’éthanol lignocellulosique à partir de la bagasse de la canne à sucre, la Chine l’envisage à partir des résidus agricoles tandis qu’en Amérique du Nord et en Europe, différents types de ressources sont envisagés, comme les issus de céréales (tiges, rafles, etc.), les rémanents forestiers, ou les cultures dédiées (miscanthus, switchgrass, taillis à courte rotation, etc.).aux carburants des véhicules conventionnels se limite techniquement à une dizaine de pourcents (10 à 15 % vol. pour l’éthanol, 7 % vol. pour le biodiesel).



D’autres substituts à l’essence commencent aussi à susciter l’intérêt d’industriels et d’universitaires.

 

On peut notamment mentionner le biométhanol, qui peut être produit à partir de biomasse par la voie thermochimique et incorporé à l’essence à hauteur de 10 à 20 %, et le biobutanol, dont le contenu énergétique est plus élevé que celui de l’éthanol et qui peut être utilisé plus facilement en mélange dans l’essence, sans adaptation du moteur. Produit à partir de biomasse par voie biologique, le biobutanol peut être notamment incorporé à hauteur de 16 %dans l’essence aux États-Unis.

Le bioéthanol, tout comme les substituts actuels au gazole routier (EMHV1), est un produit dont l’incorporation

 

Le biocarburant lignocellulosique le plus couramment envisagé pour les véhicules diesel, le BtL2

, est un gazole de synthèse de très bonne qualité pouvant être incorporé à des taux élevés dans un réservoir classique. On l’appelle également diesel-FT, pour synthèse Fischer-Tropsch Ce type de procédé permet non seulement la production de gazole de synthèse, mais également de kérosène de synthèse pour l’aviation.

 

En Europe, où la demande en gazole routier est forte et croissante, cette technologie est vue comme une alternative intéressante. Mais avec l’intégration de l’aviation dans le protocole de Kyoto et la volonté croissante de réduction des GES du secteur, cette voie de production de carburéacteur d’origine végétale suscite un intérêt plus général. Il existe également différentes technologies de production de biocarburants gazeux pour des flottes de véhicules dédiées.

 

Parmi ceux-ci, on compte

  • le biométhane, carburant pouvant être produit par voie fermentaire (biogaz) ou par voie thermochimique (bioSNG3).
  •  également la possible utilisation de bioDME 4, carburant assimilable à des GPL, également produit par voie thermochimique à partir de biomasse lignocellulosique.

 

Etat de la recherche sur le bioehanol :

 

projet-pilote-bioethanol-france-monde.jpg

 Voici le tableau récapitulatif des projets et pilotes en cours concernant la fabrication de bioéthanol de seconde génération.

 

 

 

Source : IFP Energies Nouvelles

Tag(s) : #environnement

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :