Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La note publiée le 5 décembre par la Banque de France, qualifiant le bitcoin de "risque financier certain", se montre plus sévère que la banque centrale américaine. Pour Pierre Noizat, spécialiste du bitcoin, l'institution aurait beaucoup à perdre en acceptant la monnaie décentralisée.

La banque de France déconseille l'utilisation des bitcoins. (Antanacoins - Flickr - CC)

La Banque de France a diffusé ce jeudi 5 décembre 2013 une note sur les bitcoin, qualifiant la monnaie virtuelle de "risque financier certain". 

 

Qu'est ce que le Bitcoin ?

Bitcoin selon Wikipédia est une monnaie électronique distribuée (crypto-monnaie). Elle permet le transfert d'unités appelées bitcoins à travers le réseau Internet. Les bitcoins ainsi échangés ont vocation à être utilisés en tant quedevise monétaire et comme moyen de paiement dans cette devise.

Conçu en 2009 par un développeur non identifié utilisant le pseudonyme Satoshi Nakamoto, et se présentant à l'époque comme étant « un Japonais de 37 ans », le protocole a été implémenté pour la première fois par un logiciel écrit par Nakamoto en C++ et publié sous licence libre MIT. Le système a recours à des procédés cryptographiques afin de décentraliser la gestion de la monnaie et ainsi de ne pas dépendre de l'intégrité ou de la compétence d'un émetteur central.

Le symbole monétaire, non officiel, est ฿ ou Ƀ2, et le sigle correspondant est BTC ou XBT.

 

Bitcoin = danger ?

Pour Pierre Noizat, entrepreneur spécialiste de la monnaie virtuelle et auteur de "Bitcoin: monnaie libre", le fait que l'institution attaque la monnaie avec une telle virulence est suspect. Cela "pose la question de son indépendance" vis-à-vis des banques traditionnelles, a-t-il déclaré à BFM Business.com.

Selon lui, c'est le principe de la décentralisation du bitcoin, qui est géré par un algorithme plutôt que par une banque, qui est de nature à faire peur aux banques centrales. La banque centrale chinoise a, elle aussi, déconseillé son utilisation ce jeudi.

 

Pourtant, en novembre, le patron de la Réserve fédérale américaine, Ben Bernanke, avait parlé d'une technologie "prometteuse sur le long terme".

Dans sa note, la Banque de France, elle, met plutôt l'accent sur le "caractère hautement spéculatif" de la monnaie, qui n'est adossée à aucun marché réel et à aucun fonds. Depuis sa création en 2009, et plus encore depuis un an, la monnaie fluctue de façon impressionnante.

 

prix-bitcoin.png

      Evolution du prix du Bitcoin, assez similaire à la courbe d'une bulle spéculative ...

 

bulle-speculative.png 

 

Le bitcoin, un système pour contourner les banques

Mais Pierre Noirat rappelle que "la spéculation ne se limite pas au bitcoin", et il trouve étrange que l'institution française attaque un "logiciel libre", préférant "privilégier les intérêts privés, comme Paypal et Western Union".

(...)

 

Source : BFMBUSINESS et Wikipédia

 

 

Tag(s) : #économie

Partager cet article

Repost 0