Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est l'hémorragie dans le secteur des énergies renouvelables. C'est au tour de Céole, fabricant français de mâts éolien, de se placer en redressement judiciaire pour se protéger d'une chute d'activité, quand les premières éoliennes chinoises sont installées en Europe. Qui sème la restriction récolte la récession.

 

ecole-constructeur-mat-eolien-francais.jpg

 

Céole : constructeur français de mât d'éolienne

Selon LaTribune.fr qui a interrogé le PDG de Céole rappelle que « les règles du jeu évoluent tous les ans. Il faut que cela s'arrête si l'on veut qu'émerge une filière industrielle française. » C'est ce que déclare Dominique Legros, le dirigeant de Céole à Longvic (Côte-d'Or), dont l'entreprise de production de mâts pour les éoliennes a été placée en redressement judiciaire le 21 février dernier.

Cette annonce fait suite aux soucis du seul constructeur d'éolienne en France, Vergnet. La filière éolienne ne se consolide pas sainement. Il n'est plus impossible de voir les acteurs de la filière éolienne licencier à l'image de la filière solaire suite aux remaniements des prix de rachat de l'électricité. Un futur proche ?

 

ceole-mat-eolienne-francais.jpg

 

Eolien en France en 2012

La France ne compte aujourd'hui que deux entreprises sur ce marché. Elles couvrent 35 % des besoins. « Pour cette raison, 65 % des mâts d'éoliennes viennent de l'étranger », souligne Dominique Legros, qui précise que l'éolien pourrait générer entre 60.000 et 100.000 emplois supplémentaires en France. « Mais pour que les industriels y aillent, il faut leur donner une visibilité, que nous n'avons pas aujourd'hui. »

 

Pire. Depuis 2011, l'installation d'une éolienne passe désormais par un dossier ICPE (installations classées pour la protection de l'environnement). « Cela a donné un coup de frein aux permis de construire et donc à notre activité », dit Dominique Legros. Le projet d'une nouvelle tarification de l'électricité, cette année, suscite à nouveau l'inquiétude du dirigeant. « Il faut que l'on s'en tienne aux décisions prises. »

 

Un intérêt pour l'Etat et ses sociétés en position de monopole. Inquiétant néanmoins pour les PME et PMI pourvoyeuses d'un tissus d'emploi maillant le territoire français.

 

 

Source : LaTribune.fr et  http://www.ceole.com/

 

Tag(s) : #économie

Partager cet article

Repost 0