Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La mise en place d'un crédit d'impôt de 40% pour les installations géothermiques, va pousser les consommateurs a s'orienter vers une technologie propre et maîtrisée, mais peu développée. Présentation de la géothermie en France.

Réchauffement climatique et conscience politique

Depuis que l'Union européenne s'est engagée en 2007 à réduire notablement ses émissions de carbone, elle et chacun des pays se sont engagés dans une course aux subventions. L'heure est venue de traduire ces engagements dans des actes, tout en donnant un coup de fouet à l'économie. C'est le sens des propositions présentées par la Commission que les dirigeants de l'UE ont approuvé et qui vise à réduire les émissions de CO2 d'au moins 20 % d'ici 2020 (voire de 30 %, en cas d'accord au niveau mondial) et fixant à 20 % la part des sources d'énergie renouvelables. L'objectif global est de limiter à 2°C le réchauffement planétaire.

 

 

image ecolo-trader.fr

Avec Climate Action c'est une prise de conscience politique Européenne

 

 

Le solaire, l’éolien, la biomasse et la géothermie

Nous nous accorderons ici à développer d’un peu plus près la géothermie.

Le mot n’est pas nouveau : il vient du grec geo : terre et thermie : chaleur, signifiant donc l’utilisation de la chaleur de la terre.

Une unité de mesure a été définie : le degré géothermique qui correspond à l’élévation de la température de l’écorce terrestre chaque 30m environ de profondeur.

 

 

 

La géothermie n’est pas une énergie nouvelle. Elle était déjà utilisée dans l’histoire, voire la préhistoire, comme source de chauffage et de bains, en particulier chez les Grecs et les Romains. Plus récemment, à Blagnac (31) par exemple, les forages pour la valorisation thermique de logements collectifs datent des années 1981 avec une eau à 58°C. Autre exemple à Nogaro (32) pour le chauffage de bassins piscicoles à partir d’une eau à 50°C réalisé en 1986.

 

Chaque jour, le soleil fournit à la terre une énergie que celle-ci stocke sous forme de calories qui viennent s’ajouter à celles fournies par le sol profond.


Cette chaleur peut-être captée et transformée pour chauffer l’habitat. Accessible partout en France (voir carte ci-dessous) c’est une ressource inépuisable qui est convertie en chaleur basse température grâce à une pompe à chaleur géothermique.

 

image ecolo-trader.fr

carte officielle de la géothermie en France : source brgm

 

 

AFPAC

En 2007, près de 18.500 pompe à chaleur géothermique ont été installée selon l’Association AFPAC. A l'instar des filières solaire thermique (Qualisol) et bois énergie (Qualibois) et alors que le marché des pompes à chaleur se développe très rapidement, l'AFPAC (Association Française pour les pompes à chaleur), soutenue par l'ADEME, engage la filière dans une démarche qualité.

 

La démarche Qualité PAC comporte deux volets :

  • la marque NF PAC pour le matériel

  • la charte Qualité PAC pour l'installation

 

Cette démarche vise à fixer un cadre qualitatif permettant de promouvoir à la fois les produits et les professionnels. Elle ne revêt toutefois aucun caractère obligatoire, il s'agit d'une démarche volontaire tant pour les fabricants que pour les installateurs.

 

 

Géothermie et chaleur de la terre : Pompe à chaleur (PAC)

La pompe à chaleur ou P.A.C. est un système fonctionnant à l’électricité qui permet de valoriser une source d’énergie puisée dans une source naturelle : terre ou nappe d’eau souterraine afin de la restituer dans un logement.

 

 

Comment ça marche ?

Le principe de fonctionnement est identique à celui d’un réfrigérateur inversé. La pompe géothermique capte les calories dans le sol grâce à un réseau de capteurs enterrés et les démultiplie avant de les restituer à l’habitat.

Cette démultiplication est le fait d’un fluide frigorigène (le R22 décrié pour ses effets sur la couche d’ozone et sur l’effet de serre, est remplacé progressivement par de nouveaux fluides de substitution) circulant dans les capteurs enterrés, qui va les faire changer d’état sous l’action d’un évaporateur, puis d’un compresseur et enfin le détendeur abaisse la température du fluide pour que celui-ci retourne puiser les calories à la source.

 

 

Diffusion via la P.A.C.

Les PAC géothermiques sont souvent reliées à l’intérieur de la maison à un réseau de tuyaux renfermant un fluide caloporteur pour les radiateurs, les planchers ou les murs chauffants. Les performances seront meilleures avec les deux dernières solutions.

Dans le cas de la géothermie, on utilise une P.A.C. sol/eau (sol comme source de chaleur et eau comme véhicule de chaleur), mais aussi sol/sol, eau/eau (et eau glycolée/eau). Pour cette dernière la norme NF X10-980 « Forage d'eau et de géothermie » a vue le jour en avril 2008.

Il vaut mieux avoir une P.A.C. réversible (chauffage et climatisation).

 

 

Deux réseaux géothermiques possibles

Il existe 2 systèmes : le système horizontal et vertical

 

image ecolo-trader.fr

(Les deux principes de géothermie pour l'habitat : source Rehau)

 

  • Le système horizontal

Cela consiste à enterrer à une faible profondeur (0.6 à 1.2m) un réseau 1.5 à 2 fois la surface à chauffer. Dans ce cas, ce sont les calories solaires qui sont captées. On parle de plan géosolaire. La contrainte majeure reste qu’il faut un grand terrain peu pentu, non arboré, offrant une terre plutôt compacte (pas sableux) et bénéficier d’un bon ensoleillement.

 

 

  • Le système vertical

Composé généralement de 2 sondes distantes de 5 à 10m et descendant entre 20 et 100m de profondeur selon la situation géographique (jusqu’à 1 à 2km). Il est possible de n’avoir qu’un puit avec rejet de l’eau en surface ou en U avec un système fermé.

Dans le cas de l’eau, la fourchette thermique se situe en France entre 50 et 90° Celsius.

L’avantage d’un tel système est une emprise au sol réduite et possible même en terrain difficile. Inconvénient majeur : le coût de forage parfois élevé.

 

 

Coût d’une installation géothermique

Il va varier essentiellement en fonction de la technique requise (horizontale ou verticale donc terrassement, forage…), du matériel installé (Rehau …) et de la surface à chauffer. Néanmoins, une installation coûtera aux alentours de 100 à 150€ / m² à chauffer.

Il vaut mieux prévoir l’installation d’un tel système lors d’un projet de construction neuve.

En rénovation, les travaux exigés peuvent réellement être importants voire décourangeants.

 

 

Aide financière à la géothermie

Pour autant il est possible de bénéficier de :

  • Crédits d’impôts de 50% à hauteur total de 16.000€ pour un couple majoré / personne à charge

  • d'une T.V.A. à 5.5% sur le matériel et,

  • de subventions régionales supplémentaires comme en Alsace ou en Ile de France (200 à 400€).

 

 

Le COP : COefficient de Performance

Dernier point non négligeable, est le COP, coefficient de performance. Il permet de déterminer l’efficacité énergétique d’une P.A.C. en mettant en parallèle la qualité énergétique thermique fournie par rapport à la quantité d’énergie électrique consommée.

Le rapport minimal doit être de 3 pour bénéficier du droit au crédit d’impôt, avec une échelle allant de 1,5 à 4,5. C'est-à-dire qu’il faut donc au minimum un matériel pouvant convertir à partir d’ 1kWh électrique consommé, produire au moins 3kWh thermique.

 

 

Géothermie multidirectionnel

La dernière grande nouveauté –hormis l’amélioration du matériel- est le forage multidirectionnel. Cette nouvelle technique breveté par Pil’Top et Aixter, est avantageuse en neuf mais aussi en rénovation. Selon la société, « la solution du captage multidirectionnel en étoile apporte le rendement d’un captage vertical pour un coût de celui d’un captage horizontal (…) le captage multidirectionnel fonctionne grâce à des tiges supportant le tête de forage. Celles-ci ont une certaine flexibilité afin de diriger le forage dans n’importe quelle direction évitant ainsi les obstacles. La tête de forage permet de diriger l’axe du forage dans les 3 dimensions et offre une grande souplesse d’utilisation. Un écran de contrôle indique la position et la direction du forage qui peut être modifiée à tout moment par les équipes ».

 

 

 

Selon un rapport de l’Union Européenne, elle évalue à 100 TWh et 50 millions de tonnes de CO2 les réductions de consommation et d’émission provoquées par l’installation de PAC en remplacement du chauffage électrique direct dans 10% du parc européen des logements d’ici à 2010. De quoi atteindre des objectifs ambitieux !

 

 

 


Tag(s) : #NRJ vertes

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :