Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Voici une information peu relayée par les médias même spécialisés dans l'environnement. Durableo.fr zoome sur une nouvelle pollution de fleuve, le plus grand du Maroc. Trop loin la MOULOUYA pendant la crise financière en Europe ?

 

Une vision d’horreur. Des milliers de poissons de diverses espèces gisant sur les rives de la Moulouya, empoisonnés par des produits chimiques (voir vidéo). C’est depuis le 15 juillet que les poissons de ce fleuve, non loin de Berkane, s’entassent sur les rives, morts empoisonnés, et que les odeurs nauséabondes flottent aux alentours. Les associations se mobilisent et pointent du doigt une usine sucrière, Sucrafor, installée à Zaio.

Les vidéos et photos publiées par les associations témoignent de l'ampleur du désastre

 

« Une catastrophe de grande ampleur, du jamais vu. On n’a jamais vu une telle catastrophe à Moulouya ». Depuis le 15 juillet dernier, la faune de la Moulouya, fleuve de 600 km de long et dont l'embouchure est classée Site d'intérêt biologique et écologique (SIBE), meurt. Sur plusieurs kilomètres, des cadavres de poissons flottent aux bords de la rivière, entre Zaio et l'embouchure de la Moulouya, dans la région de l'Oriental.

Les « militants écologiques » et l’opinion publique sont scandalisés. Pour les associations actives dans la région (Association Homme et Environnement de Berkane, Espace de Solidarité et de Coopération de l’Oriental, Association Chems pour l’éducation, la citoyenneté et l’environnement d’Ahfir, Association Moubadra pour le développement durable et le tourisme, Zaio) cela ne fait aucun doute : l’usine sucrière, Sucrafor, qui déverse ses eaux usées dans le fleuve est à la source du problème. Ayant déjà signalé les dépassements du pollueur dans les années 80 et 90 (une lettre du gouverneur de Berkane adressée au directeur de Sucrafor en 1996 à ce sujet en atteste), les associations sont déterminées cette fois-ci d’aller jusqu’au bout.

 

Etat des lieux

Quand la catastrophe a eu lieu, les associations ont commencé par passer le terrain au crible : ils ont longé la baie de Moulouya, classéSIBE,sur 50km et pris des échantillons d’eau et de poissons depuis l’embouchure du fleuve jusqu’au lieu de rencontre de la rivière de la Moulouya et l’Oued Zebra. Ce dernier draine l’effluent de l'usine sucrière Sucrafor de Zaio et mélange ses eaux contaminées par les produits toxiques déversés par l’usine à celles du Moulouya. Une fois constaté l’ampleur de la « catastrophe », ces associations ont tiré la sonnette d’alarme. En faisant pression sur la direction de l’usine, celle-ci a accepté de rencontrer ces militants écologiques pour s’expliquer.

Sucrafor dans le déni

Le directeur de Sucrafor, accompagné du directeur du département QSE (Qualité, sécurité et environnement) a accepté de rencontrer ces associatifs le 20 juillet dernier. Face aux accusations, le directeur a décliné toute implication de Sucrafor dans ce désastre écologique en mettant en avant l’absence de preuve formelle pour incriminer l’usine. Il a affirmé que « la société utilisait dans son procédé de fabrication la chaux et non des matières chimiques». Mais les espèces aquatiques dévastées par les matières toxiques présentes dans l’eau sont bien réelles.

Promesses de Sucrafor

Devant la pression exercée par les associatifs, le directeur de Sucrafor a néanmoins fléchi. Il promet « de réduire leur consommation en eau (de l’usine) et par conséquent leurs rejets liquide […] (et) s’est engagé à stopper les écoulements liquides de l’usine vers la Moulouya » nous informele communiquépublié par les quatre associations. Mais vu les antécédents de cette même usine, rien n’écarte avec certitude le risque de récidive.

Source : Maroc : la rivière Moulouya polluée à mort  

Rejoindre le groupe de soutien :  http://www.facebook.com/groups/sosmoulouya/

Tag(s) : #environnement

Partager cet article

Repost 0