Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Réseau intelligent ou Smart Grid, deux dénominations courante pour définir le concept en plein développement entre les réseaux de distribution d'électricité et les technologies informatiques. A priori peu attrayant ce concept se révèle en fait très stratégique, avec l'avènement des points de production décentralisé d'énergie et surtout le proche déploiement des véhicules électriques.

 

 

smart-grid-et-reseaux-intelligent.jpg

 

 

 

Réseau intelligent = Smart Grid : déficition

 

La smart grid est une des dénominations d'un réseau de distribution d'électricité « intelligent » qui utilise des technologies informatiques de manière à optimiser la production et la distribution et mieux mettre en relation l'offre et la demande entre les producteurs et les consommateurs d'électricité.

L'apport des technologies informatiques devrait :

  1. économiser l'énergie,
  2.  sécuriser le réseau et,
  3. en réduire les coûts.

 

C'est aussi une réponse au besoin de diminuer les émissions de gaz à effet de serre pour lutter contre le dérèglement climatique.

Il va aussi prendre en charge la montée en puissance des réseaux de production d'électricité décentralisé avec la multiplication des site de production d'"electricté issue des énergies renouvelable comme :

  • les champs éolien,
  • les parcs solaires photovoltaïques,
  • la biomasse
  • ou les sites off-shore des énergies renouvelables

 

 

 

Situation en France :

Plusieurs acteurs industriels français sont engagés dans des projets de recherche et de démonstration en Europe (ex : UE-DEEP, FENIX, ADDRESS) et à l’étranger (ex : Etats-Unis).

 

Actuellement l'ADEME reste le chef de file du déploiement des réseaux intelligent et vient de se voir octroyer une enveloppe de 250M d'euros afin de mener à bien cette mission.

 

 

A noter également les projets :

  1.  Multisol qui vise à gérer l’énergie électrique dans les logements suivant des critères écologiques (ex : réduction des émissions de CO2) ou économiques (ex : coûts) tout en respectant le confort de l’usager
  2.  Premio qui a développé une plateforme d’intégration de la production décentralisé. PREMIO et les RESEAUX INTELLIGENTS

 

S'agissant des réseaux et systèmes électriques intelligents (smart grids), l'Ademe indique avoir réceptionné 32 projets, lesquels sont toujours en cours d’instruction. Les 5 fiches mises en ligne ne préjugent pas de leur sélection: "les projets en ligne ne sont pas des projets retenus mais des projets candidats", précise l'Ademe.

 

L'un des tout premier système validé par l'Ademe en test grandeur nature sur Nice pour une durée d' un an, est celui enmemé par Dalkia -Véolia Environnement- avec Alstom power SA, le CEA-INES, Sagem Com, SupElec. le projet REFLEXE vise, via "une centrale de gestion informatisée reliant des producteurs indépendants d’énergie connectés au réseau (...) à favoriser un équilibre de la demande en fonction des capacités de fournitures d’électricité pour faire des économies de puissance et à définir des modèles économiques pérennes".



Voici quatre qautres autres projets consultables sélectionnés par le site energy2007.fr

 

-SPIDEIR (Système de pilotage intelligent de la demande et des effacements pour l’insertion des énergies renouvelables), pilote par Poweo, avec le CEA - Ines et Wirecom technologies. Il s'agit d'un "système d’agrégation permettant de lisser les courbes de consommation d’électricité de façon incitative ou pilotée pour favoriser l’insertion des énergies renouvelables". Spideir est un projet d’une durée de 3 ans qui "implique trois acquisitions : des courbes de charge sur 5.000 foyers répartis sur le territoire; des données par usages, sur 100 sites équipés de dispositifs actifs de MDE ainsi que sur 5 à 10 maisons équipées de panneaux solaires couplés à un dispositif de stockage".

- MILLENER (Mille installations de gestion énergétique dans les îles), piloté par EDF, avec Schneider Electric, Tenesol, Saft, BPLGlobal, Deltadore, Edelia. Il s'agit de "contribuer à réduire les consommations électriques des clients et de mieux insérer les énergies renouvelables intermittentes dans les réseaux de distribution dans le but de garantir, en temps réel, l’équilibre entre la demande d’électricité et la production" dans le cadre d’un réseau isolé non-interconnecté. Le projet vise à éviter 500 MWh par an, avec des expérimentations en Corse, en Guadeloupe et à la Réunion, auprès de 1000 clients.

Projet OMERE (Optimisation et maîtrise des énergies renouvelables et du réseau électrique), dossier piloté par General Electric (avec le CEA-INES, Séché Environnement, SRD-Sorégies, Université Paris-Dauphine, UTBM). Omere entend "mettre en œuvre un panel complet de solutions pour l’optimisation des réseaux électriques et l’amélioration de leur fiabilité", par le biais des énergies renouvelables, du stockage, de la distribution et de la maîtrise de la demande. Prévue pour débuter en 2011, l'expérimentation aurait lieu "sur la plateforme de tests de l’INES en Isère, sur des sites de production et de distribution de Séché et SRD-Sorégies dans le Poitou, et dans un écoquartier".

- Smart ZAE présente un projet piloté par SCLE SF, avec comme partenaires Cirtem, Sevil et Laplace. Smazrt ZAE entend démontrer "que, grâce à des moyens de production d’énergies renouvelables, de stockage à faible impact environnemental et de gestion technique centralisée), une zone d’activités économiques (ZAE) peut constituer une «brique élémentaire» du réseau de distribution électrique".Le pilote serait "déployé sur un site de Toulouse, déjà équipé de 125 kW de photovoltaïque et 15 kW d’éolien. Un volant
d’inertie de 10 kW sera développé de 2010 à 2012 de façon à équiper le site d’un stockage inertiel de 100 kW en 2012".

Pour les énergies renouvelables marines, 20 projets ont été réceptionnés (ils sont également en cours d’instruction). Quatre d'entre eux sont en ligne: création d’une hydrolienne de grande taille, d'une hydrolienne à l’échelle 1 de 10 m de diamètre - projet Sabella, développement d’éoliennes flottantes à axe vertical, éolienne flottante offshore de puissance moyenne - plus de 3MW. Le blog des Energies de la mer en livre une synthèse.

 

 

 

Les compteurs intelligents : définition

 

Complémentairement au réseau intelligent, il est important de connaître et de comprendre la consommation des consommateurs. Smart Grid ou Réseau intelligent répond à la problématique d'intégration de la production et mieux distribuer l'énergie aux consommateurs.

 

Ainsi  compteur-intelligent.jpgLe gestionnaire de réseau en France de distribution (ERDF) est engagé dans un projet de déploiement de compteurs intelligents LINKY.

 

Un compteur « intelligent » ou smart meter est un compteur disposant de technologies avancées, dites AMR (Automated Meter Reading) qui identifient de manière plus détaillée et précise, et éventuellement en temps réel la consommation énergétique d’un foyer, d’un bâtiment ou d’une entreprise, et la transmettent, par téléphone ou courant porteur en ligne (CPL), au gestionnaire des données de comptage.

 

Les compteurs « intelligents » peuvent notamment établir des factures en temps réel et repérer les postes qui coûtent le plus au client. Ils peuvent éventuellement l’informer de microcoupures ou de pertes sur le réseau électrique. Du point de vue de l'entreprise, ils permettent des gains de productivité important via la suppression des emplois de personnels chargés du relevé des compteurs.

 

Par ces propriétés communicantes, Linky ce compteur intelligent devrait, toute chose égale par ailleurs, permettre le développement de services aux réseaux et aux consommateurs finaux visant à favoriser les actions de MDE, l’amélioration de l’efficacité énergétique et la pénétration de la production décentralisée.

 

 

 

 

 

Source : Ademe / Wikipédia / ERDF / www.energie2007.fr 

Tag(s) : #économie

Partager cet article

Repost 0