Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Toulouse décroche un bonus offensif ! la SATT Midi-Pyrénées fait partie des cinq sociétés d'accélération du transfert de technologie (SATT) labellisés dans le cadre des Investissements d'avenir (Grand emprunt).

 

 

hopital La Grave hotel Dieu Toulouse Garonne christophe Pas

 

 

Le dossier de la Société d'accélération du transfert de technologie (SATT) Midi-Pyrénées déposé en janvier 2011 fait en effet partie des cinq dossiers retenus par le ministère de de l'Enseignement supérieur et de la Recherche dans le cadre des Investissements d'avenir (ex-Grand emprunt). Valérie Précresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche et René Ricol, commissaire général à l'investissement, ont dévoilé ce lundi 2 mai au matin, dans une interview au quotidien Les Echos, le nom des lauréats.

 

Deux SATT ont également été labellisées en Ile-de-France, une en Alsace et une en Provence-Alpes-Côte-d’Azur et Corse.

 

Dotées d’une enveloppe totale de 900 M€, les SATT (10 à 12 devraient être labellisées à terme) visent à « intensifier et accélérer les transferts de la recherche vers le monde socio-économique, dans un souci de retour sur investissement ». Valérie Pécresse précise d’ailleurs dans les Echos que son objectif était d’arriver à ce que la « moitié des brevets déposés par les 50 premiers déposants à l'Institut national de la propriété intellectuelle soient issus de la recherche publique et que 4 % des recettes des universités et des organismes de recherche proviennent de la valorisation de la propriété intellectuelle. »

 

100 M€ investis en dix ans


La SATT Midi-Pyrénées rassemblera tous les acteurs régionaux de la valorisation, académiques, industriels comme institutionnels.

 

 

Elle concernera 7 500 chercheurs de différentes spécialités :

  1. agronomie,
  2. santé,
  3. technologies vertes,
  4. TIC et aéronautique.

Portée par le PRES de Toulouse et le CNRS, la SATT devrait investir dans les 10 prochaines années près de 100 millions d’euros dans plus de 700 dossiers de transfert de technologies. 1 500 créations d’emploi et 400 licences sont attendues grâce à sa création. Selon le PRES de Toulouse, dans les 10 ans « le transfert des technologies et des connaissances aura bénéficié à plusieurs centaines d’entreprises, dont 130 nouvelles startups. » Le chiffre d’affaires induit par les transferts pourrait atteindre plusieurs dizaines de millions d’euros.

 

 

 

L'IRT AESE vise principalement la création de plateformes technologiques dans 4 domaines technologiques stratégiques : les technologies aérothermodynamiques, l’énergie embarquée, les nano et microtechnologies, les structures et matériaux innovants. Une enveloppe de l’État de 400 M€ était espérée mais la répartition de la dotation globale pour les six IRT (deux milliards d’euros) n'est pas encore connue.

 

L’IRT sera doté de ses propres locaux sur le site de Montaudran Aerospace à Toulouse, à proximité du futur Espace Clément Ader. Piloté par un conseil d’orientations stratégique présidé par Jean-Marc Thomas (EADS Senior VP Research&Innovation, président du pôle de compétitivité Aerospace Valley), le dossier d’IRT AESE a été aussi porté conjointement par le Pôle de recherche et d’enseignement supérieur Université de Toulouse présidé par Gilbert Casamatta, et par l’association d’industriels Tompasse menée par André Benhamou

 

 

 

Source : http://www.objectifnews.com

Tag(s) : #économie

Partager cet article

Repost 0