Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Le gaz de schiste et huile de schiste sont des hydrocarbures enfouis dans la roches mais inaccessibles. Ils ont  fait leurs apparition en France au grand public, après les succès fulgurants d'explotations aux Etats-Unis. Remis en selle par l'ancien Ministre de l'Environnement J-L Borloo, il donne la possibilité d'exploiter en France des quantités de ressources fossiles  insoupsonnées. La France pourrait redevenir un pays exploitant du gaz naturel issu des shistes anciens. Définition des gaz de schiste et situation en France.

 

 

gaz-de-schiste--France.jpg


 

 

GAZ DE SCHISTE : définition

 

Le gaz de schiste est un gaz naturel -méthane- emprisonné dans les roches anciennes appelées schistes.

Un schiste est une roche qui a pour particularité d'avoir un aspect feuilleté, et de se débiter en plaques fines ou «feuillet rocheux». Il peut s'agir d'une roche sédimentaire argileuse, ou bien d'une roche métamorphique. 

Le méthane est issu du kérozène de la roche et reste piégé dans les fissures.

 

Qu’est-ce que le gaz et l’huile de schiste ?

 


Le gaz de schiste

C'est un gaz "non conventionnel", c'est à dire un gaz qui se trouve piégé dans la roche et qui ne peut pas être exploité de la même manière que les gaz contenus dans des roches plus perméables. Son exploitation nécessite le plus souvent des forages horizontaux et une fracturation hydraulique de ces roches profondes. Le gaz remonte à la surface à travers un tube en acier puis rejoint un gazoduc.

 

L'huile de schiste

Il s'agit de pétrole contenu dans une roche que les géologues appellent « roche mère ». Cette roche mère était initialement un sédiment marin très riche en matière organique (comme par exemple le plancton). Avec l’enfouissement au cours des temps géologiques, la matière organique sous l’effet d’un accroissement de la température s’est transformée en pétrole qui imprègne la totalité du sédiment devenu une roche microporeuse et imperméable (c'est-à-dire dont les pores de taille microscopique ne communiquent pas entre eux).
Une partie du pétrole contenu dans la roche mère a été expulsée et a migré vers le haut jusqu’à rencontrer une roche magasin (appelée "poche" populairement) protégée par une barrière étanche pour former un gisement dit « conventionnel ». Une autre partie du pétrole, plus importante (appelé "huile de schiste" populairement), est restée piégée dans la roche mère pour former un gisement de pétrole dit « non conventionnel ».

Il y a une quinzaine d’années, on ignorait comment exploiter ce gaz contenu dans ces formations géologiques. Ce gaz est aujourd'hui extrait en grande quantité aux États-Unis où il représente 12 % de la production locale de gaz contre seulement 1 % en 2000. En Europe et notamment en France, l’évaluation de ce type de ressources démarre à peine. Selon certains experts, les réserves mondiales de gaz de schiste seraient 4 fois plus importantes que les ressources en gaz conventionnel.

 

 

Méthode d'extraction du gaz de schistes

Une technique permettant l'exploitation du gaz contenu dans ces roches consiste à utiliser l'hydrofracturation en association avec l'injection de nombreux produits chimiques. Un bon nombre de ces produits sont dangereux pour l'environnement et les organismes vivants. Cette technique se base sur la fracturation des poches de gaz par injection d'eau.

Ce que confirme dans la Dépeche Alexander Fraser, de 3Legs Management Services, qui a déposé une demande de permis sur la région de Cahors. "On utilise 99,5 % d'eau mélangée à du sable. Pour le reste, effectivement, il y a des produits chimiques, mais il s'agit par exemple d'acides, tels que ceux que l'on utilise pour purifier l'eau des piscines, d'argiles, de sables, de métaux comme dans l'industrie alimentaire… Juste des produits qui sont utilisés couramment dans la vie quotidienne". Pour lui

« Il y a beaucoup de malentendus autour du gaz de schiste. Nous avons désormais un très bon niveau technique pour aller extraire le produit. Les tuyaux qui permettent de percer sont parfaitement étanches, et ils traversent sans les polluer les zones aquifères, pour aller beaucoup plus en profondeur extraire le gaz. Ainsi, en Pologne, nous avons des puits qui plongent à 3 000 mètres alors que les nappes phréatiques sont à 500 mètres.

  

Pour autant le nouvel administrateur de l’EPA (Agence de protection de l’environnement américaine) dénonce des fuites importante dans les gigantesques réservoirs trouvés sous les Etats-Unis. Làs-bas c'est la course au gaz naturel non conventionnel schisteux. Toutes les sociétés se sont tournées vers les Etats-Unis, des Majors aux plus locales. Ainsi notre TOTAL a racheté il y a un an, 25 % du plus gros exploitant Chesapeake pour un montant de 600 millions d’euros et prévoit d’investir 1 milliard supplémentaire pour de nouveaux puits.

 

 

Gaz de schiste en France

Le Grenelle de l'Environnement a relancé cette exploitation. En effet la France avec son paysage varié regorge de grandes richesse en sous-sol. Après le charbon dans le Nord, les aquifières et le pétrole dans le sud-Ouest -Lacq- ou en sous-sol parisen, voici le gaz de schiste.

 

gaz-de-schiste-en-France.jpgDes procédés d'extraction qui ne ressemblent que très peu aux méthodes courantes pour de grands gisements de gaz, le groupe français TOTAL s'est adjoint l'aide d'une entreprise américaine Texas Schuepbach.

Depuis le début du printemps 2010, les équipes peuvent d’explorer une zone de 9672 km² dans le Sud de la France.

Aisni 3 nouveaux permis ont été validés :

  • Permis de Montelimar
  • Permis de Nant 
  • Permis de Villeneuve de Berg

 

 

Carte de France des permis

carte-de-france-des-permis-du-gaz-de-schiste.jpg

 Carte de France des permis de gaz de schiste

Lien direct vers l'article : Le Gouvernement a annulé les 3 permis d'exploitation des gaz de schiste

 

 

Liste des permis d'exploration production -extraction- de gaz de schiste en France

 

Permis du "Valenciennois" 432 kms2

Permis "des Ardennes" 1.176 kms2

Permis "d'Est Champagne" 2.698 kms2

Permis "de l'Attila" 1.986 kms2

Permis "de Lorraine" 661 kms2

Permis de "Bleue Lorraine Sud" 528 kms2

Permis "Bleue Lorraine" 262 kms2

Permis "de Moselle" 5.360 kms2

Permis "de Gardanne" 365 kms2

Permis "de Montélimar" 4.327 kms2

Permis "de Villeneuve-de-Berg" 931 kms2

Permis "du bassin d'Alès" 215 kms2

 

Permis "de la plaine d'Alès" 503 kms2

Permis de Nîmes" 507 kms2

 

Permis "de Navacelles" 216 kms2

Partager cette page

Repost 0